Atelier : Tiers Lieux en milieu rural et pistes de financement

Contexte

Dans le cadre du petit RAMDAM des Tiers-lieux périgordins, l'atelier “Tiers Lieux en milieu rural et pistes de financement”, initialement prévu en deux ateliers distincts : “Tiers-Lieux en milieu rural”, et “Financements et modèle économique”. Les différentes thématiques ayant émergé lors de la réflexion commune sont les suivantes :

  • Rural VS Urbain
  • Lien avec les élus et les collectivités
  • Modèles économiques et partenaires financiers

Compte-rendu

Tour de table

Conscients d'une grande hétérogénéité des problématiques au sein des participants, un temps a été pris pour que chacun se présente et fasse valoir sa problématique. On retrouve donc autant des représentants de collectivités (élus ou salarié), des professionnels ou des citoyens engagés, preuve de la diversité des démarches possibles.

Rural VS Urbain

Plusieurs échanges mettent en lumière les variables distinguant le milieu rural de l'urbain, parmi lesquels :

la difficile constitution d'une communauté :

là où les villes profitent d'un effet de densité certain pour constituer des groupes d'intérêts, le challenge en milieu rural est de pouvoir réunir ces forces vives, car les lieux de socialisation et les connexions y sont généralement moins aisés.

Cette thématique est à mettre en lien avec la distinction fréquente faite entre néo-ruraux, arrivés sur le territoire en quête d'un cadre de vie à la campagne mais souvent peu enclin à prendre part aux associations traditionnels, contre les “vieilles familles”, présentes depuis longtemps sur le territoire et pour qui les formes nouvelles d'association peuvent paraître en décalage. Cependant, les territoires ruraux s'avèrent de véritable atouts pour organiser des ateliers autour des arts, de la culture, preuve qu'il n'y a plus nécessairement besoin de passer par la case “ville” pour cela.

un foncier oublié à valoriser :

à l'opposé, les communes rurales ont souvent un gisement conséquent de bâtiments non occupés, parmi lesquels les anciennes écoles, offices de tourisme… On fait le lien avec ces lieux qui jouaient auparavant ce rôle de connecteur sur les territoires.

La quête de reconnaissance des élus

Lorsque des porteurs de projet essaient de se rapprocher des acteurs institutionnels, ils sont souvent confrontés à des obstacles de compréhension, que ce soit pour parler de tiers-lieux, d'ESS…

Il est avancé deux types de réponse pour cette problématique :

  • la création d'un plaidoyer commun aux initiatives rurales, pouvant être relayés par des élus “complices” et permettant de gagner en visibilité sur le territoire et réduire le fossé “culturel” qui peut exister entre les différents acteurs.
  • la recherche d'indicateurs de mesure de l'impact d'un tiers-lieu en milieu rural, afin de gagner en lisibilité
  • Quant à l'approche à avoir avec les élus, il semble falloir privilégier des ouvertures d'action concrète plutôt que des introductions plus théoriques du type “découvrez ce qu'est l'ESS”.

La place des collectivités territoriales

Concernant la place à prendre des collectivités territoriales, il est rappelé l'échec du développement des Corner Cows portés par le Conseil Départemental de Dordogne, pour appuyer le fait que les collectivités devraient avant tout se composter en soutien et non en initiateur, au risque de créer des coquilles vides.

Une limite également évoquée sur la capacité à toucher les élus est l'élargissement toujours plus important des communautés de communes, qui sont loin de représenter les bassins de vie des populations.

Les modèles économiques possibles

Reste à savoir comment pérenniser des structures sur les territoires, quelles recettes économiques pouvaient être imaginées. Outre la location d'espace de travail, il est évoqué les appels d'offre concernant la médiation numérique, ou les financements apportés par des fondations (fondations de France, Orange…).

Identification d'autres partenaires financiers potentiels

Parmi les participants de l'atelier, Charles De Taillac représentait un financeur solidaire, Aquitaine Active, qui peut proposer des pistes de financement diverses aux acteurs de l'ESS.

Il fut également question de l'apport que peuvent représenter des structures comme la CRESS ou ATIS, qui réalise des diagnostics territoriaux. Enfin, il fut question de l'AMI porté par la Région pour le développement des Tiers-Lieux.


Conclusion

[A laisser à un participant de la restitution]

  • /var/www/dokuwiki/data/pages/tiers_lieux_perigordins/reunions/le_petit_ramdam_des_tiers_lieux_perigordins/atelier_tiers_lieux_en_milieu_rural
  • Dernière modification: 20/10/2018 23:05